// Article

Communiqués de presse

Rythmes scolaires : la précipitation..suite

Le SNES Martinique s’étonne de la précipitation et des pressions exercées par le rectorat pour l’organisation des consultations des personnels sur les rythmes scolaires.

Il y a quelques jours, plusieurs établissements ont été brutalement fermés plaçant du jour au lendemain les familles devant le fait accompli. Quant aux enseignants, certains ont été contraints par leur direction de rédiger un bilan à la va-vite dès la fin de la journée.

C’est bien mal augurer d’une consultation censée améliorer la prise en charge des enfants dans les établissements scolaires et c’est traiter par le mépris parents, élèves et enseignants.


Les rythmes scolaires sont une affaire trop grave pour qu’on les bâcle en une pseudo-consultation d’une demi-journée dans les établissements, imposée par le rectorat dans la précipitation.

On voudrait faire cautionner une réforme déjà prête qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Il appert de plus en plus que le hiatus entre le discours du ministre ou de ses représentants et la réalité vécue sur le terrain est béant et qu’on y précipite l’école républicaine du mérite. Qu’on en juge :
- L’augmentation de la violence est perceptible par tous les acteurs pédagogiques des établissements secondaires, même si les actes signalés ne sont que la partie émergente de l’iceberg ; or cette violence témoigne – qu’on le veuille ou non – de la souffrance de notre jeunesse et donc de l’échec patent de la politique scolaire menée depuis 20 ans sous couvert d’améliorer le système.
- La pseudo baisse des enfants, loin de profiter à une école de la réussite, aux classes à effectifs réduits comme en Europe du Nord, voit augmenter les effectifs autour de 26-30 élèves en collège ;
- Le remplacement des professeurs au pied levé ; l’utilisation des stagiaires qui démissionnent en masse dans certaines académies ; la disparition programmée des conseillers d’orientation et leur travail reporté sur des professeurs principaux qui n’en peuvent mais ; la disparition des contrats aidés, le blocage de tout recrutement d’assistant d’éducation ; la massification de l’école quant aux élèves qui fait s’oppose à la pseudo individualisation des parcours des personnels ; tout, nous disons bien tout n’a de finalité qu’économique au mépris de la réussite même des élèves.
- Alors même que l’absentéisme se maintient quand il ne se développe pas dans les établissements du second degré, que les artifices pour écourter la présence des élèves dans les lycées à l’approche de vacances de Noël ou de Carnaval renvoie à l’impuissance – faute de volonté et de moyens – de l’institution à remplir ses missions. Et dans un tel contexte, on prétendrait avoir trouvé la potion magique pour réussir ?

Le discours enjôleur ne cache plus rien des réalités, et le SNES Martinique, condamnant une telle politique de destruction de l’Education nationale, appelle l’ensemble des personnels à refuser d’entériner ces réformes en préservant l’école républicaine dont la réussite n’est plus à démontrer. Pour sa part, le SNES Martinique fera des propositions sérieuses et réalistes en mettant au défi l’administration de les appliquer….

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 519