// Article

Publications

Lettre flash n°5 du 1er mars 2009

25ème jour de grève

Situation générale

Une vague accalmie, mais tout n’est pas rentré dans l’ordre, loin s’en faut. Toutefois on note des signes de tension, d’impatience et quoi que dise le collectif, la mobilisation quotidienne est en baisse même si elle n’est pas négligeable.

Pour l’administration on devrait pouvoir reprendre les cours mercredi pour les lycées et collèges et jeudi pour les écoles. Une majorité de collègues du premier degré et du second degré aspire à reprendre leur travail contrairement aux affirmations du SE. Reste à voir les transports.

Le maire de Trinité, Manscour, appelle les non-grévistes à venir travailler tandis que Malsa et Nadeau du Modemas demandent aux maires de maintenir la grève.

Des nouvelles du collectif et de l’action

- Le SE fait campagne contre le SNES et la FSU, ad nominem, en soutenant que le SNES et la FSU ont quitté le collectif. No comment. Le courrier de Mireille Jacques à lui seul est un tissu de contradictions. Au passage on comprend pourquoi la plateforme était si mauvaise. Elle datait de novembre 2007.

- Le SNES a tenu à voir s’il était mis dehors ou si l’on considérait que le premier syndicat des personnels du Second Degré avait le droit de s’exprimer pour représenter la voix de ces personnels. Il s’est donc rendu vendredi à 15 heures à la réunion à la Région entre la commission éducation et le recteur. En réalité il y avait plein de beau monde et des petits fours…que nous n’avons pas eu le droit de goûter ! Soumbo en personne est venu informer Thierry Renard, YJH comme il le nomme et Serge Baclet, de vider les lieux. Nous voulions savoir quel était le degré de collusion de la Région. Nous l’avons.

- Le SNES écrit un courrier au recteur pour l’informer de son intention de poursuivre l’administration devant le TA dès lors que des décisions seraient prises, à l’encontre des personnels notamment lors de cette commission éducation du collectif qui ne peuvent engager les personnels puisque l’accord, si accord il y a, ne représenterait que des syndicats croupions dans le Second Degré.

- Des militants attentifs nous ont fait remarquer les termes de l’affiche située derrière Michel Monrose lors de son dernier passage à RFO : Avec l’Unsa, choisissez l’autonomie … On comprend mieux le mélange du syndicat et de la politique. Rien de scandaleux au demeurant. Simplement tous les syndiqués du SE le savent-ils ? Enfin l’autonomie consiste-t-elle à rompre avec la fonction publique nationale ? Enfin, l’autonomie s’applique-t-elle avant que les citoyens en ont décidé ? Autrement dit l’autodétermination est-elle oui ou non la liberté pour les peuples de décider de leur sort, ce en quoi nous ne pouvons qu’être d’accord.

Mouvement inter

Christelle Retory a rejoint Paris pour les commissions nationales concernant l’Inter. C’est un dur travail de marathon mais qui permet au SNES Martinique de veiller aux dossiers de nos collègues.

Le SNES a publié les capacités d’accueil par académie. Le ministère n’a pas voulu les publier avant les demandes de mutation des personnels, entrainant des demandes à l’aveugle. La Martinique paie un lourd tribu, vraisemblablement un des plus lourds, toute académie confondue. Il faut donc continuer à se battre pour refuser la disparition des postes dans notre ile.

Le ministère s’est également « amusé » à fournir le projet pour le mouvement Inter par l’intermédiaire d’un organisme privé. Le problème est qu’il ne s’agit que d’un projet, qui n’a donc rien de définitif ni de ferme. Le SNES a réussi également à en avoir une copie.

Toutes ces informations sont ici.

Visiteurs :

Vous êtes plus de 1500 en 15 jours à avoir visité le site du SNES Martinique et nous vous remercions de la confiance que vous nous apportez !!! Merci !

Revue de presse

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 621