// Article

Publications

Lettre flash n°1 du 13 février 2009

Depuis 8 jours, la Martinique est bloquée et le SNES Martinique ne s’est pas exprimé. Les raisons en sont multiples et essentiellement techniques.

Dès avant les premiers jours de grève, le SNES Martinique et la FSU Martinique étaient partie prenante dans l’intersyndicale et le 5 Février, le Secrétaire du SNES, le trésorier (membre du CESR et secrétaire départemental adjoint de la FSU) notamment, plusieurs membres du SNES ont défilé au milieu de la foule des travailleurs en colère. Il s’agissait de manifester contre la politique suivie en réclamant une augmentation du pouvoir d’achat, la fin de la précarité et du travail. Depuis les choses se sont déroulées bien vite avec une lisibilité peu évidente, dans la mesure où les informations nous parvenaient difficilement tant les négociations étaient longues, tant nos représentants participant aux négociations étaient peu joignables. Pour autant, malgré les difficultés, nos représentants ont fait du bon travail. Ils ont fait de nombreuses propositions dont vous recevrez les détails, qui, malheureusement, n’ont pas été entendues par le comité du 5 qui a succédé à l’intersyndicale.

Depuis d’autres propositions ont été faites. Elles ont certes le mérite d’exister mais elles nous paraissent très en-deça de nos attentes pour la population et de la certitude que nous avons que la situation mérite que les syndicats soient à la hauteur des enjeux en dépassant des rivalités subalternes.

Le SNES Martinique est conscient que la situation est sur le fil. A mesure que le blocage de l’île se poursuit, c’est cette même population qui souffraient déjà qui se retrouve écrasée et dont on peut imaginer les inquiétudes sourdes concernant les salaires qui risquent de tomber amputés de journées de grève. Tant qu’il s’agit du public, on peut encore considérer que les non-grévistes, dès lors qu’ils se déclarent comme tels, seront payés, mais il ne pourra en être de même pour le privé. Combien de petites et moyennes entreprises ne se relèveront pas de ce blocage ?

Quant à l’idée de durcir le mouvement, elle nous apparaît plus que difficile à mettre en oeuvre tant les tensions se font jour entre les uns et les autres, tant les passions s’exacerbent.

Concernant l’Education, nous avons mis à profit ce temps pour poser les situations de certains établissements (Diamant et Louis Delgrès à Saint Pierre). Les suppressions de divisions ont été annulées. Cela signifie que ce sont d’autres établissement qui risquent d’être menacés. Nous demandons à tous les représentants du SNES de faire remonter les TRMD (tableau de répartition de moyens par division) de leurs établissements. Il nous faut les chiffres des prévisions des chefs d’établissement, mais aussi les chiffres prévisibles pour chaque division des redoublements, de la moyenne des passages en classe supérieure....Il serait bon de profiter de la période très courte qui précède le CTPA (comité technique paritaire académique ) afin de construire nos stratégies de résistance.

Chacun doit être conscient qu’il doit se battre pour son établissement parce que la somme de nos luttes s’amplifie et nous permet de faire entendre notre voix.

Nous allons nous opposer aux suppressions de divisions parce que derrière chaque suppression de classe, ce sont des heures en moins pour les postes et donc des postes en moins. Des postes en moins, cela signifie plus de TZR sur les routes, plus de précarité et moins de contractuels.

Nous pouvons à notre tour apporter une réponse à l’emploi en Martinique, nous pouvons apporter aussi un coup de frein à une politique de casse de la fonction publique, nous pouvons aider à la construction de l’avenir de nos élèves.

Merci de nous faire part de vos interrogations, et de vos questions que nous puissions tenter au moins d’y répondre. Pour ce faire le SNES a depuis longtemps mis à votre disposition un site Internet et surtout un forum qui attend vos suggestions et récations...

Tous ensemble nous pouvons affronter ces temps difficiles et faire reculer le pouvoir.

Bon courage

Yvon JOSEPH-HENRI, secrétaire du Snes Martinique

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 519