// Article

Publications

BULLETIN ACADEMIQUE SNES MARTINIQUE n°40 DECEMBRE 2008

Couverture n°40

Résultats élections pro 2008

Au sommaire :

EDITO ;

CAPA ET ELECTIONS ;

ASSISTANTS D’ÉDUCATION, BÉTAILS HUMAINS ? ;

LES CAISSES DE L’ÉTAT : VIDES OU PLEINES ? ;

DEMANDES DE TEMPS PARTIEL ;

COLLÈGE GÉRARD CAFÉ ;

IUFM ;

LOGEMENTS ;

Editorial :

Les élections professionnelles sont terminées et l’heure des bilans a sonné. Les militants du SNES sont épuisés et le secrétaire académique peut attester qu’ils ont bien travaillé, malgré le contexte insupportable.

Un contexte professionnel profondément dégradé

En effet, le gouvernement a tenté de déstabiliser l’Education et – par voie de conséquence – les syndicats en supprimant les postes, en multipliant les réformes, bref en obligeant rectorat et syndicats à accélérer leur rythme de fonctionnement. En même temps, la dégradation des conditions de fonctionnement des uns et des autres, a obligé le syndicat à multiplier les interventions. Il a fallu par exemple monter au créneau pour les conditions de mutation des TZR, la multiplication de leurs contrats, le non remboursement de leurs indemnités ; idem pour les frais de déplacement des Copsy, toujours pas réglés ; idem pour les non titulaires... Devant cette dégradation, et la réforme des lycées, devant l’avalanche d’heures supplémentaires en collège mais aussi en lycée, il a fallu organiser la résistance. Enfin, la gestion des contrats aidés licenciés a mobilisé aussi les forces du SNES, principal syndicat de la FSU. Et les militants du SNES, tout en grossissant en nombre, ont fait face à ce surcroît de travail, tout en préparant stages, formations et élections. Mieux, ils ont traité les cas de collègues qu’ils ont retrouvés sur les listes adverses…

Des élections caricaturales qui sont un déni à la Démocratie

Mais la manière dont les élections ont été menées est un véritable scandale, une atteinte à la démocratie, dont sont responsables l’Etat, le Rectorat, les chefs d’Etablissement avec une dimension évidente de réseau. Tout le monde, lors du dépouillement, a pu se rendre compte de l’incompétence de nombreux chefs d’établissement. Nous avons assisté à une sorte de marché aux puces, où manquaient des listes d’émargements, des enveloppes ; ou l’on découvrait qu’un CPE avait voté chez les certifiés, ou qu’un contractuel enseignant avait voté avec les non titulaires chargés de surveillance…Tel chef d’établissement avait photocopié en douce les bulletins de vote du SNES, recto seulement, et les collègues n’y ont vu que du feu. Sans compter les bulletins ou les enveloppes imprimées ou « T » de vote en nombre insuffisant dans certains établissements soit parce que le chef d’établissement avait distribué dans les casiers ce matériel, soit parce qu’en distribuant il avait « oublié » certains collègues. Que dire enfin de cet établissement où l’on avait laissé dans l’agora sillonnée par les élèves, sans surveillance, des urnes et des listes d’émargement posées sur les urnes…Peut-être au fond était-ce mieux que ce principal adjoint qui indiquait aux collègues de voter avec une seule enveloppe- ! Le plus édifiant toutefois fut de voir les affichages dans les établissements. Si dans bien des établissements les chefs d’établissement on fait leur travail correctement, nous avons pu nous rendre compte que dans de trop nombreux autres, la préparation de ces élections était soit une corvée dont il fallait se débarrasser, soit une planche à savonner pour un syndicat qui avait peut-être osé dénoncer certains chefs d’établissement et gestionnaires. Quoi qu’il en soit, nous avons pu remarquer que bien souvent, les listes du SNES faisaient défaut. Une telle constance ne peut que démontrer l’existence de réseaux qui tentent de s’opposer au verdict des urnes parce que, d’avance, ils en connaissent le résultat. Or, justement, le SNES Martinique, dérange parce qu’il entend lutter contre les réseaux pour le droit et la compétence. Le droit suppose de permettre à la majorité de se faire entendre, il suppose aussi de lutter contre les intimidations de toutes sortes, et il nécessite de défendre les personnels.

Des résultats intéressants Vus sous cet angle, les résultats de vendredi sont fondamentalement intéressants.
- Chez les Copsy, ils démontrent que si, pour le vote national, certains de nos collègues ont voté pour un ensemble de syndicats, ils ont voté massivement pour le SNES Martinique et nous les en remercions ! Ils nous donnent par là, aux commissaires paritaires et au SNES Martinique tout entier, un regain de force pour les défendre.
- Chez les non-titulaires personnels de vie scolaire : 1 siège pour le SNES, 1 pour le SE avec des chiffres qu’on n’ose publier tant ils sont scandaleux !
- Idem chez les non-titulaires profs, cpe et copsy !
- Chez les CPE, nous perdons un siège : aléas ( ?) des bulletins de vote trouvés dans d’autres corps – et qui ont été annulés – et donc déposés au mauvais endroit ; des collègues n’ayant pu voter faute de bulletins disponibles au moment où ils se sont présentés. Si le SNES n’a plus que 6 sièges sur 8, il reste largement majoritaire. Il démontrera qu’il est plus que jamais celui qui défend la profession au cœur des turbulences.
- Chez les certifiés, la comparaison avec 2005 est intéressante. D’abord, la distorsion entre les inscrits et les votants et la répartition des voix est intéressante : avec moins d’inscrits pour la CAPA 2008 que la CAPN 2008, nous retrouvons légèrement plus de votants et d’exprimés à la CAPA 2008 qu’à la CAPN 2008. Cela impliquerait une plus forte mobilisation ? Voire ! Car les comparaisons des progressions entre les CAPN 2005 et 2008 d’une part, les CAPA 2005 et 2008 d’autre part montrent des chiffres qui se tiennent sinon pour les inscrits et témoignent d’une poussée surprenante de la CSTM- UGTM. Le recensement des votes aux CA des établissements ne semble en tout cas pas corroborer une telle poussée. Il est vrai qu’il a beaucoup plu et que les champignons ont une croissante rapide….. Même si nos chiffres étaient faux concernant la liste d’union sur les CAPN, il y a de quoi s’étonner. Nous sommes heureux du nombre de membres de la CSTM-UGTM. Nous nous interrogeons par contre sur leur présence sur le terrain. Le recensement des votes aux CA des établissements ne semble en tout cas pas corroborer une telle poussée. Il est vrai qu’il a beaucoup plu et que les champignons ont une croissante rapide…..

Quoi qu’il en soit, un grand merci à tous !

Merci du fond du cœur à tous les militants qui ont fait leur devoir malgré des conditions lamentables ! Merci aux jeunes collègues non-titulaires, avertis l’après midi qu’ils étaient attendus depuis le matin au bureau de vote du rectorat ! Merci à ceux qui ont voté malgré l’absence de listes et l’absence de leur nom lorsqu’il y avait une liste ! Merci à tous les secrétaires des collèges, des lycées, des CIO Merci enfin à ces militants du SNES qui ont sillonné les routes pour aider de nombreux établissements à faire que ces élections ne soient pas totalement catastrophiques. Merci aussi aux personnels du rectorat qui ont été sur les dents et ont fait leur possible pour répondre à nos demandes de matériel alors qu’ils travaillaient à flux plus que tendu. Demain nous seront là pour vous montrer, une fois de plus, que le SNES Martinique est solidaire de vos difficultés et qu’il garde toute sa combativité : l’adversité ? …on fera comme si elle existe réellement !

Yvon JOSEPH-HENRI Secrétaire académique du SNES Martinique

P.-S.

La suite dans le fichier pdf à télécharger...

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 625