// Article

Actions

Déclaration de la FSU au collectif le mardi 10 avant les négociations

La FSU Martinique, membre du Collectif du 5 Février appelle solennellement l’ensemble des membres du Collectif, après 5 jours de conflit qui paralysent le Martinique et les martiniquais à prendre la pleine mesure de notre responsabilité devant la population.

Cette responsabilité historique exige de dépasser tous nos clivages, nos querelles de clocher, idéologiques, syndicales ou personnelles afin de trouver et d’adopter le juste compromis, le juste prix, la juste attitude. En un mot, d’être dans le gagnant- gagnant et non risquer l’implosion du Collectif, risquer l’explosion voire l’insurrection sociale et susciter la haine raciale et finalement la division entre martiniquais eux-mêmes. On en voit d’ailleurs quelques bribes !

Cette responsabilité exige donc de changer immédiatement ou à très court terme la méthodologie employée jusqu’alors. On ne peut travailler efficacement en grand groupe. Il faut revenir à un groupe de travail plus restreint. Si une organisation syndicale majeure et responsable ne peut désigner un ou deux maximum de ses représentants et obtenir la confiance de ses adhérents, il est illusoire de croire que l’on pourra parvenir à une synthèse avec 18 organisations et in fine estimer représenter l’ensemble de la population martiniquaise.

Deuxièmement, La FSU Martinique appelle le Collectif a gardé la tête froide face à l’euphorie du mouvement populaire déclenchée et très suivie. L’absence de démocratie et le manque d’informations sur nos avancées, l’objet de nos négociations quotidiennes, le retour de nos propositions auprès de la population risquent de nous causer auprès de cette dernière des réactions violentes de nos concitoyens. La FSU Martinique demande au Collectif de soutenir les propositions justes et justifiables suivantes :

  • Les décideurs économiques représentés s’engagent à agir concrètement pour une baisse immédiate de 10% de tous les produits de la grande distribution et de mener une négociation immédiatement sur la baisse additionnelle ou l’administration des prix de la liste des produits proposés par le Collectif.
  • De même, la date de référence choisie pour la baisse de tous les produits doit être antérieure au 20 janvier 2009 et être décider en commission restreinte.
  • L’Etat s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que les services subissent une baisse qui ne saurait être inférieure à 30% dans la limite des prix pratiqués dans l’hexagone.
  • Le Conseil régional soucieux de contribuer également à l’augmentation du pouvoir d’achat des martiniquais et de tenir compte de la hausse du cout de la vie renonce au droit additionnel à l’octroi de mer régional qui initialement devait combler le déficit de cette collectivité devenue depuis excédentaire.
  • Les collectivités locales et territoriales s’engagent à entamer une réflexion immédiate à laquelle des représentants du Collectif seraient associés sur une baisse significative de l’octroi de mer en Martinique tel qu’en Guadeloupe.

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 583