// Article

Réservé

Livret Accueil 2010

La situation de l’Education en Martinique n’a fondamentalement pas changé sinon qu’elle cumule difficultés scolaires, sociales et qu’elle continue de se dégrader au fil des années.

Le Recteur André Siganos nommé en Septembre 2009 pour appliquer la politique scélérate du gouvernement valide toutes les mesures du Ministère.

- En cinq ans, nous avons perdu près de 500 postes soit l’équivalent de quatre collèges ! Avec l’année 2009, nous avons atteint le seuil au-dessous duquel c’est tout notre statut et notre métier qui bascule.
- Sont prévues pour la rentrée 2010, 110 suppressions de postes (en comptant les emplois de stagiaires) au prétexte que l’académie perd 767 élèves dont 180 en collèges. 44 classes de fermées en collège. Soit 1 emploi supprimé pour 8 élèves en moins et une classe supprimée pour 4 élèves en moins.
- Nous sommes l’académie qui perd proportionnellement le plus d’emplois. La baisse annoncée de la population scolaire est un moyen pour l’administration rectorale de ramener les effectifs des différentes divisions sur l’effectif de l’Hexagone sans tenir compte de la réalité du pays.
- Car nos résultats scolaires sont mauvais (plus de redoublements, moins de succès aux examens, moins de passage en 2nde, plus de SEGPA..), avec des caractéristiques dues à notre insularité, à la faiblesse des lieux culturels et à leur répartition déséquilibrée sur le territoire, aux difficultés d’accès aux livres, aux transports longs pour nos élèves, etc….

La conséquence de cette situation se fait sentir en matière de difficultés quotidiennes pour nos collègues et particulièrement les TZR , obligés de se transformer malgré eux en itinérants de l’éducation dans un pays où il faut absolument tenir compte des embouteillages. C’est la vie personnelle et familiale qui se trouve fragilisée. Preuve en est les nombreux congés de longue maladie qui ont permis de stabiliser des TZR sur des postes à l’année.

Nous ne pouvons laisser sous silence la situation catastrophique du bâti que nous dénonçons avec force. La vétusté de certains bâtiments perdure depuis de nombreuses années aggravée par les séismes et risques naturels. Les politiques (Région et Département) responsables de la mise en conformité ont fait preuve d’un laxisme inacceptable depuis des années.

Après avoir traversé une grève de deux mois en février 2009 qui a fragilisé l’économie et l’activité des entreprises, pour réclamer plus de justice sociale, une baisse significative des prix à la consommation, on peut penser que les résultats n’ont pas été atteints. Preuve en est les concentrations des pouvoirs économiques toujours aux mains des mêmes monopoles (fret, grande distribution, concession automobile, …)

Par ailleurs, les martiniquais ont été consultés en Décembre pour le maintien de la Martinique dans le cadre de l’article 73 (c’est-à-dire une situation presque semblable aux autres départements) ou le choix de l’article 74 (c’est-à-dire plus d’autonomie notamment en matière d’éducation). Les résultats ont montré que les Martiniquais veulent maintenir la situation actuelle, à savoir le statu quo : être comme tout département de l’Hexagone. Par la deuxième consultation de Mars 2010 sur la création ou non d’une assemblée unique qui devrait remplacer le conseil régional et le conseil général, les Martiniquais ont choisi l’assemblée unique. A ces occasions, le SNES n’a pas donné de consignes de vote à ses adhérents.

Le secrétariat du SNES Martinique vous souhaite la bienvenue dans notre académie et reste à votre disposition, via la page contact de notre site, pour toute information supplémentaire.

Pour le secrétariat, Françoise PARACLET, secrétaire académique.

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 625