// Article

Publications

Lettre flash n°4 du 26 février 2009

27ème jour de grève

Situation générale

Ce soir des explosions à Fort-de-France. On dirait une guerre selon l’un de nos militants du bureau. On ne sait trop où on en est et le quotidien est souvent pénible.

Quelques informations dans Bondamanjak.com :

22H47 - Le magasin INTERSPORT de Kerlys a été attaqué. Plusieurs interpellations. Visiblement un tracteur a été utilisé comme "voiture bélier". Le supermarché CARREFOUR DILLON a été attaqué aussi (voiture bélier).

Une trentaine de tirs de bombes lacrymogènes ont été entendus en ville. Des véhicules brûlent. Des escadrons d’une soixante de jeunes, avec des filles semble-t-il, sillonnent la ville. Un départ de feu signalé au Lycée Schoelcher.

La nuit va sûrement être longue pour les forces de l’ordre et les sapeurs pompiers dans la capitale de la Martinique. A 21h45, plusieurs véhicules sont en feu dans des quartiers surplombant le centre-ville. On entend des tirs de bombes lacrymogènes. Fort-de-France connaît sa deuxième nuit de troubles. A suivre.

Nous avons reçu un appel d’un collectif estudiantin à la recherche de professeurs pour aider les élèves de collège à passer leur brevet. Pour l’heure ils sont en attente de locaux et nous vous tiendrons au courant.

Nous avons pensé aussi que vous ne receviez plus de presse nationale US et que vous n’êtes donc pas au courant de ce qui se passe. Nous tâcherons de vous faire un récapitulatif ce week-end.

Des nouvelles du collectif et de l’action La commission éducation du collectif se réunit vendredi après midi à la Région. Nos camarades du SE – sans doute gênés aux entournures – déclarent éhontément que le SNES s’est retiré du collectif pour justifier son absence [1]. On notera aussi la prédiction selon laquelle les points actés seraient remis en cause par la rectrice : nous avions bien dit dans nos brèves SNES d’ hier – reçues par vous ce mercredi des cendres –qu’ils n’avaient rien obtenu. Pour s’exonérer d’effets d’annonce fallacieux, il faut faire un procès d’intention. Tout ceci est petit et souille notre travail pour l’emploi, la relance de l’économie de l’île et le pouvoir d’achat, alors même que le pays souffre. Plus grave, le comportement agressif – est-ce pour mieux menacer les autorités rectorales que la commission se tient à la Région ? – témoigne d’une volonté de passer en force au mépris de toute démocratie. Comment demain revendiquer une prise en compte des urnes lorsqu’on bafoue les urnes quand cela vous arrange ? C’est une fois encore tout le syndicalisme qui se retrouvera affaibli au moment où Sarkozy cherche déjà à tuer le paritarisme ! Face aux réactions de nos collègues quant aux demandes du SE, nous envisageons une adresse à la presse.

Il faudra bien un jour qu’on aborde, au SNES, et pour avancer en matière de culture syndicale, une réflexion sur l’action, ses modalités, sur les fins des mouvements sociaux et des grèves.

On s’organise au SNES pour les syndiqués, les usagers et les personnels La situation ne semblant pas s’améliorer, le SNES Martinique met tout en œuvre par ses modestes moyens et les outils du web disponibles pour tenter de vous faciliter les choses. Ainsi il veut tenter l’expérience de mettre en relation les professeurs et élèves. Il met également à votre disposition un salon de discussion, pour vous permettre d’échanger les bons plans ou les infos de vie pratique dont vous disposez. Enfin, le SNES n’oublie pas la saignée des postes que nous aurons à subir et cela dans un contexte futur que nous savons déjà peu propice à la mobilisation. Nous vous fournirons toutes les pistes règlementaires et juridiques pour empêcher le démantèlement de vos établissements…Nous aurons pain sur la planche !

Mettre en relation professeurs et élèves :

Le SNES propose de tenter l’expérience de mettre en relation les professeurs volontaires et les élèves en cette période de crise. Les échanges se feront selon les préférences de chacun (Courriel, tableau blanc partagé (skype, centra) ou tout autre moyen), voir à ce sujet la page des outils :

Pour les professeurs : Envoyer un message sur le forum désigné. L’administrateur mettra à jour le premier message pour regrouper les professeurs disponibles. Merci de préciser les niveaux que vous pouvez traiter.

Pour les parents : Selon le niveau et la discipline concernée, ils envoient un message privé ou un mail au professeur. Ils attendent 24h minimum pour relancer ce professeur ou un autre professeur. Tout abus verra le parent écarté du forum.

Liens :

* Forum d’échanges professeurs, élèves

* Forum sur le mouvement du 5 février

* Liste définitive des 100 familles de produits où les prix vont baisser

* La plate-forme de revendications-éducation du collectif du 5 février

* Mise à jour : Plateforme des revendications-éducation et IUFM du SNES au sein de la FSU

* Retrouver toutes les brèves

Postes, TRMD et DHG Le SNES avait déjà initié une campagne - mi janvier - d’annulation massive des CP [2] et des CA qui ne respectaient pas la loi. Vous aviez donc reçu un bon nombre de documents. Une fois l’autorité académique saisie, vous avez 2 mois après la notification de la décision du CA pour saisir le TA. Nous vous indiquerons la procédure le moment venu. Cette information est de nature à rassurer ceux qui pensaient que les CA qui se sont déroulés avant le mouvement, ne pouvaient plus être invalidés. Mais sachant que le TA ne statue pas immédiatement sauf en cas d’urgence, il ne faut pas s’attendre à un effet immédiat.

Goutez tout de même les attendus du jugement du TA de Lille (intervenu 3 ans plus tard...), certains d’entre nous l’ont même affichés dans leur chambre :-)

La DHG et le CA Le vote du C.A. concernant le T.R.M.D est décisionnel ! Ni le recteur, ni le chef d’établissement ne peuvent modifier le T.R.M.D. voté si celui-ci respecte la D.H.G.

Dans un lycée de l’académie de Lille, en février 2005, la proposition de TRMD a été refusée par le CA (vote contre majoritaire) et la proposition des représentants élus enseignants a été acceptée par le CA (vote pour).

Mais le TRMD remonté par le chef d’établissement et « validé » par le Rectorat ne correspondait en rien à celui voté par le CA : il y avait 3 suppressions de poste en plus, suppressions compensées par la création de blocs de moyens provisoires (BMP).

« Les textes sont clairs, affirmait le Rectorat : le vote du CA est consultatif ! »

Lors de l’audience, le Commissaire du Gouvernement termina ses conclusions ainsi : « Le chef d’établissement a méconnu l’étendue de sa propre compétence. Ce TRMD est illégal et doit être annulé ».

Le Tribunal Administratif de Lille suivait cet avis :

« Considérant … que la répartition des moyens par discipline, qui correspondait à l’emploi de la DHG fixée par l’autorité académique, relevait de la compétence exclusive du conseil d’administration du lycée… ; qu’en fixant un TRMD distinct de la répartition décidée par le conseil le 22 février 2005, le chef d’établissement, incompétent en la matière, a méconnu les prérogatives de ce dernier…, la décision en date du 3 mars par laquelle le chef d’établissement du lycée a établi le TRMD est illégale » . Elle a donc été annulée.(Jugement du 10/10/2008, M.Wuillot)

Notes

[1] Extrait du mail du SE : Le groupe de travail concernant l’éducation va se réunir vendredi après-midi à la région. A ce groupe de travail seront présents les membres du collectif dont le SE-UNSA. La Rectrice va bien évidement diriger ce groupe de travail. Si des points ont été actés, la rectrice va dans les discussions tenter de les remettre en question. Elle a déjà tenté d’imposer le SNES (je vous rappelle que ce syndicat a choisi de ne plus participer aux travaux du collectif.) Nous devons montrer notre détermination notamment pour la gestion des postes vacants pour le réemploi des non titulaires et le moratoire concernant la réforme des concours.

[2] CP commission permanente

discussion

agenda

Chargement de l'agenda...

Visiteurs connectés : 554